Renégocier son prêt immobilier : pourquoi le faire maintenant

pret-immobilier

Alors que les taux immobiliers étaient encore aux alentours de 1,43% au mois d’Octobre 2018, ils ont encore chuté au premier semestre 2019. En effet, les crédits immobiliers sur 20 ans sont à moins de 1% et les crédits pour des prêts sur 15 ans sont de l’ordre de 0,80%, soit une baisse moyenne de 0,15 point pouvant descendre jusqu’à 0,30 point. Voilà de bonnes raisons pour renégocier son prêt immobilier et réduire la durée d’endettement. Mais comment bien s’y prendre ?

Quand renégocier ?

Notez que la renégociation d’un prêt peut être intéressante si les critères suivants sont respectés :

  • Le nouveau taux d’intérêt est inférieur d’au moins 0,7% (conseillé : -1%),
  • Vous êtes dans le premier tiers de la durée du remboursement,
  • Vous devez encore rembourser au minimum 100 000€ à l’établissement prêteur.

Ne perdez pas de vue que la renégociation fait l’objet d’un nouveau crédit ; l’amortissement sera donc plus lent au début. Néanmoins, vous avez l’occasion, au cours de la démarche, de souscrire à une nouvelle assurance pour votre prêt, plus intéressante en termes de tarifs ou de garanties, afin de réaliser des économies.

Préparer la renégociation de son prêt

Toute personne souhaitant revoir les conditions de son prêt doit avoir de bons arguments pour obtenir les résultats escomptés. Ainsi, n’hésitez pas, en amont de votre rendez-vous, à vous rapprocher d’organismes de rachat ou d’autres établissements bancaires et à étudier consciencieusement leurs propositions (en matière de taux et d’assurance) pour les présenter à votre établissement prêteur. Soyez également attentif aux frais liés à la renégociation afin de les prendre en compte dans vos calculs.

Obtenir un meilleur taux par le rachat de crédit

En cas de réponse négative ou peu attractive de la part de votre banque, vous avez toujours la possibilité de faire jouer la concurrence et de vous intéresser aux organismes de rachat de crédit pour bénéficier d’un meilleur taux. Les frais pour le remboursement anticipé sont toujours actifs et à votre charge, mais le nouvel établissement prêteur peut prendre en compte ces frais dans la formulation de votre nouvelle offre.